vieillir-nouvelles

Ce matin-là, la journée avait magnifiquement mal commencé…
Je me lève au petit matin, le brushing impeccable, parfaitement maquillée, les traits lisses comme une peau de bébé. Comme dans les films quoi…
Je me dirige vers la glace de la salle de bain et soudain… le choc ! En face de moi, se tient une femme dont les cheveux hurlent : « nananére, on est tout bouclés ». Une pauvre fille, dont le maquillage a coulé allégrement autour des yeux car elle a tout bonnement oublié de se démaquiller la veille. Une nana qui a une ride, là, au coin de l’œil. Et une autre, ici aussi.
Bref, je somme cette bonne femme de dégager illico de mon miroir, mais voilà que la bougresse refuse obstinément de bouger. D’ailleurs, au bout d’un moment, je constate qu’elle a l’air aussi en colère que moi… Et qu’elle me ressemble vachement quand même.
Y a des jours comme ça…
Des jours où votre jean préféré vous dit : « il était bon, hein, le gâteau au chocolat que tu as englouti hier soir… et bien souffre maintenant. »
Des jours où votre chien promène au bout de sa laisse un mollusque, voire un mollusque moche en plus.
Vous voyez le tableau…
Donc, je suis dans cet état d’esprit quelque peu mélancolique, attendant que mon toutou daigne faire son petit pipi, réfléchissant intensément – pas le chien, moi…quoique – à un programme d’enfer censé faire de moi une nouvelle femme, ou du moins un mollusque potable lorsque soudain, sortant d’une très belle petite voiture, un très beau jeune homme tout sourire, s’avance vers moi, un bouquet de fleurs à la main !
Premier réflexe, se retourner pour voir à quelle fille est adressé ce charmant sourire. Hum, personne derrière…
Inspection plus poussée du gars. Mélange de Brad Pitt, George Clooney, Richard Gere …Euh ! Non, là j’exagère un peu, mais un beau mec quand même. Avec un sourire à tomber par terre.
Et il avance toujours vers moi, avec son bouquet de roses d’un rouge somptueux. Mes fleurs préférées en plus. Mon petit cœur s’emballe d’un coup. Et je sens mes joues se colorer. Une vraie midinette. J’ai beau chercher dans ma mémoire, je ne pense pas le connaître. Je me sens un petit peu gênée tout de même, mais je n’ai pas le temps de me poser plus de questions, il arrive à ma hauteur. Ouah ! C’est quoi ces émeraudes à la place des yeux ! S’il continue à sourire, je vais fondre sur place comme glace au soleil.
Mon chien aboie contre l’intrus, je lui ordonne de se taire d’une voix molle. Fait vraiment chaud aujourd’hui…
Puis, je souris à mon tour… jusqu’à ce que :
— Bonjour Madame, je cherche le n° 4, sauriez-vous où il se trouve ?
Finalement, de près, il n’est pas si mignon. Des émeraudes ses yeux… plutôt des olives vertes. Il n’est pas très grand en plus.
— Ben, après le n°3.
Là, son sourire a disparu. Il me regarde, bouche bée.
Et en plus, il ne comprend pas la plaisanterie.
— C’est juste-là, après le tournant, lui dis-je en levant le menton pour indiquer l’endroit.
À nouveau, il sourit. Et me remercie poliment avant de se diriger vers le N°4.
Pfff !!! De toute manière, m’en fiche, suis mariée… Et puis les roses rouges c’est d’un ringard !
Une femme s’aperçoit qu’elle vieillit non pas au reflet dans le miroir, mais au fait que désormais, on ne l’appelle plus Mademoiselle…
Qu’est-ce qu’on fait dans ce cas-là ?
— Bonjour, Monsieur le coiffeur, pourriez-vous me faire une coupe rajeunissante?
— Mais bien sûr, Mademoiselle, mais pourquoi ?
Voilà ce qu’on appelle un galant homme….

L.L.H