banniere blog laurence lopez hodiesne

Catégorie : Non classé Page 1 of 2

Oyez, oyez…sortie roman historique !

Romance historique

😊Oh là là, j’ai hâte de vous présenter mon dernier roman Isménie, le troisième et dernier Tome des Belles de Nice…

🌴Une saga qui se déroule dans le comté de Nice, mais aussi dans d’autres endroits comme Paris ou la Floride…

Alors si vous ne connaissez pas les deux premiers, il vous suffit d’y remédier en cliquant sur ce lien 📜

Et comme en ce moment, les salons du livre s’annulent les uns après les autres, n’hésitez pas à m’envoyer un mail pour me dire si vous avez aimé ou pas…

À très bientôt.

Laurence

Bientôt une nouvelle romance historique

😍En avant-première voici la couverture de mon nouveau roman qui arrive bientôt, j’espère qu’elle vous plaira !

Bonne année 2019

Je vous souhaite une très belle année 2019 avec la réalisation de tous vos vœux et surtout une santé de fer !

Bises

Laurence

Auteurs, un petit bonjour c’est toujours sympa !

À la base cet article n’était pas prévu, mais finalement, comme je ne citerai aucun nom, pourquoi pas ! Donc, venez par-là que je vous raconte une petite histoire.

Il était une fois, par un bel après-midi ensoleillé sur la Côte d’Azur, rare en cette saison, donc fort agréable- ne souriez pas, il fait moche aussi chez nous en février – une femme encore jeune qui écrivait tranquillement.

femme auteur

Pour se délasser et voir si une catastrophe mondiale n’était pas survenue pendant qu’elle travaillait, elle cliqua sur l’onglet Facebook. Une demande d’ami apparut, aussi décida-t-elle de regarder s’il s’agissait encore d’un divorcé en manque, ou d’une personne vivant dans un autre pays et dont le but évident était de lui soutirer des sous… Mais ô joie il s’agissait d’un auteur !

chat content auteur

 

Elle regarda la page de ce dernier, vit qu’il écrivait des livres sur le manque de savoir-vivre de certaines personnes, qu’ils avaient tous deux cinq amis en commun et accepta donc l’invitation. L’occasion de faire une nouvelle connaissance est toujours agréable pour sortir un moment de la solitude nourricière de l’écriture. Puis, elle décida d’aller se chercher un petit café, car il faut bien alimenter ses neurones avec ce breuvage hautement recommandé. Le thé vert ce n’est pas mal aussi, mais elle n’en avait plus. Lorsqu’elle reposa son popotin devant l’ordinateur, la tasse manqua de lui glisser des mains.

café auteur

Le monsieur avait profité de son absence pour poster sur son mur de la pub pour ses livres ! Posant son précieux breuvage sur le bureau, elle regarda si le monsieur avait  au moins laissé un petit message si ce n’est pour la remercier de l’avoir accepté comme ami, ce qui rappelons-le est d’usage sur les réseaux sociaux, au moins pour se présenter. Que dalle et peau de banane ! Alors la dame, un peu contrariée, écrivit sur son journal, en commentaire sur la publication de ce monsieur, qu’un petit bonjour aurait été sympathique avant de publier sur ledit journal. Phrase pas trop méchante, mais montrant quand même son léger mécontentement. Sur ce, elle prit sa tasse de café et en but une gorgée, qu’elle manqua de recracher aussitôt en voyant la réponse. Il faut dire qu’elle est du Sud et donc a le sang plutôt chaud…

femme auteur en colère

« Vous avez raison – encore heureux  !–  quand vous aurez lu ma prose, vous esquisserez (peut-être) un sourire. »

Ok ! Déjà, n’aurait-il pas fallu dire : « SI vous lisez ma prose » non ? Car là, ça sonne un peu comme un ordre… même pas un conseil. Puis le reste de la phrase montre bien le peu d’estime pour la personne derrière l’écran. « Quoi, tu n’es pas honorée de voir ma tête sur ton mur, espèce de… »

Si ce monsieur s’était intéressé un minimum aux écrits de la dame, il se serait aperçu qu’il y a toujours une pointe d’humour dans la plupart de ses livres, notamment son essai humoristique (voir commentaires des lecteurs). Il aurait aussi vu les interviews d’auteurs et les chroniques de livres, montrant qu’elle est toujours prête à filer un coup de main aux écrivains. À lui, elle avait plutôt envie de filer un coup de pied au…

chat moqueur auteur

Franchement, comment peut-on avoir envie de lire « la prose » de cette personne dans ces conditions ? Surtout quand ce dernier prône le manque de courtoisie des gens, l’indélicatesse de certains dans le cadre de son métier…. Dans ce cas, ne se doit-on pas d’être exemplaire soi-même ?

La dame ne répondit pas, car les mots risquaient de dépasser sa pensée. Elle laissa le post sur le mur jusqu’au lendemain. Peut-être le monsieur allait-il la contacter pour engager la conversation… Elle ne demandait pas un mot d’excuse loin de là, mais cela se fait entre auteurs de dialoguer…

femme auteur et amis

 

Ce n’est pas une évidence pour certains apparemment. La dame retira donc cet auteur de la liste de ses amis et supprima son post. Evidemment, une question se posait. S’était-il, ne serait-ce qu’un instant, intéressé à la personne qu’il demandait en amie ? Cette dernière espérait au moins qu’à l’avenir, il penserait à saluer les gens avant de leur balancer sa prose à la figure.  Elle espérait aussi que lors des séances de dédicaces, il ne jetait pas ses livres à la figure des gens pour qu’ils les lisent… Aie !

auteur effrayé

 

Si un écrivain est relativement connu, cela ne lui donne pas le droit de marcher sur la tête de ses collègues en bas de l’échelle. Malheureusement, de plus en plus, certains auteurs vous demandent en ami et dans la seconde qui suit,  vous imposent de liker leur page. La plupart du temps sans même faire un petit  coucou. Ensuite, vous n’en entendez plus jamais parler. À croire que la politesse n’est pas de mise sur les réseaux sociaux. À la rigueur, vous pouvez leur demander d’aimer votre page en retour, sachant que cela n’apporte pas grand-chose, mais même dans ce cas-là, sachez que certains ne prendront même pas la peine de le faire…

psychologie auteur

 

Pour finir, vous qui postez sans réfléchir sur le journal d’un autre, sachez que derrière le mur, il y a un nom, un prénom, un visage…

Bref, une personne de chair et de sang…

femme auteur

Sur ce, le mur vous salue !

 

 

bonne-annee-moderne-600x338

Rencontre avec Monique Massot-Escaravage

20151009_112614

 

Aujourd’hui j’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteure Monique Massot-Escaravage à Nice.

Nous avions sympathisé sur Facebook, mais c’est toujours une chance de pouvoir converser en vrai.

Monique est assurément une belle personne. J’ai déjà eu la chance de pouvoir l’interviewer à distance, mais j’en sais aujourd’hui un peu plus sur elle 🙂

Ravie par son roman « Vent d’espoirs », me voilà donc enchantée par l’auteure.

Bien sûr, je repars avec une très jolie dédicace, et l’impatience de lire son prochain roman dont je ne manquerai pas de vous parler…

 

Interview Monique Massot-Escaravage

Vent d’Espoirs 

 

Sortie de Vent d’Espoirs écrit par Monique Massot-Escaravage

 

vent d espoirs

 

Un très bel article concernant la sortie du livre Vent d’Espoirs de Monique Massot-Escaravage aux Editions AETH, ainsi que quelques photos, à découvrir sur le site Les Chroniques de Magali  !

Interview de l’auteure Monique Massot-Escaravage

monique-massot-escaravage-vent-d27espoirs

Bonjour à tous,

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir Monique Massot-Escaravage dont le roman Vent d’Espoirs sortira le 06 juin aux Éditions AETH.

 

Bonjour Monique, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

  • Bonjour à vous toutes et tous. Je m’appelle Monique Massot-Escaravage. Je suis née en Algérie dans les années d’ après-guerre. J’ai 4 enfants et j’habite dans la belle ville d’Antony depuis 25 ans. J’occupe mon temps entre l’écriture, le bénévolat et le plaisir immense que me procurent mes petits-enfants.

Avez-vous un métier en dehors de l’écriture et si oui, est-ce difficile de concilier les deux

  • Non, je suis à la retraite et j’ai tout mon temps pour me livrer à mes passions.

Combien de temps consacrez-vous en moyenne à l’écriture ?

  • Je ne m’impose rien. Quand j’ai une idée, (souvent la nuit quand je ne dors pas), je me précipite sur mon cahier et je note tout avant que cela ne disparaisse. Je peux rester des jours sans écrire, tout comme il m’est arrivé d’y passer 6 heures sans voir le temps filer.

Qu’est-ce qui vous a poussée à prendre la plume ?

  • J’ai depuis toujours un carnet qui ne me quitte pas. J’y note tout ce qui a de l’importance pour moi. Cela va de mes tristesse face aux coups durs de la vie, à mes mésaventures (en voyage, je me demande souvent si je ne suis pas maudite) pour terminer par mes plus grandes joies (la famille, les amis). Il y a quatre ans, je parlais à mon fils via Skype. Il vit à Montréal depuis 7 ans. Il me montre une grosseur sur son cou. Mon sang n’a fait qu’un tour. Échographie. Diagnostic : Suspicion très forte de cancer de la thyroïde. Retour en France en catastrophe, opération à L’hôpital de la Pitié dans la foulée et l’attente… Entre temps, mon mari me montre également une boule qu’il a dans le cou. Le professeur qui suivait mon fils le rassure, c’est bénin, un goitre. On vous opèrera le mois prochain. Les résultats de mon fils arrivent, ça n’est pas cancéreux. Pour mon mari, ça l’était… Voilà pourquoi je me suis vraiment mise à l’écriture. Je m’évadais de mon quotidien angoissant en m’immergeant dans un autre monde où rien ne pouvait m’atteindre et c’est ce qui m’a permis de me maintenir la tête hors de l’eau.

Comment vous est venue l’idée de votre premier roman ?

  • Il y a 5 ans, j’ai entrepris des recherches généalogiques. J’avais envie de connaitre le parcours de mes ancêtres, essayer de comprendre pourquoi ils avaient quitté leur Alsace natale en 1848, pour peupler la colonie d’Algérie. Par le plus grand des hasards, j’ai mis la main sur un secret de famille qui restera à jamais enfoui dans les oubliettes du temps. L’homme qui a accompagné mon aïeule en Algérie n’était pas son vrai mari et pourtant il avait le même état civil que celui-ci. Que s’était-il passé ? Qui était l’intrus ? Ce mystère était resté en latence dans mon esprit mais il refaisait surface de temps en temps sans que l’idée d’un roman ne s’impose pour autant. Ce sont les circonstances décrites plus avant qui m’ont décidée à franchir le pas. C’était ça ou crever à petit feu.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées pour l’écriture de vos romans ?

  • Mis à part le fait de me documenter pour ajuster fidèlement mon histoire au contexte historique de l’époque, tout a été limpide. Les idées venaient plus vite que le fait de les coucher sur le papier (Je note tout avant d’écrire sur mon ordi).Je n’ai jamais été en panne d’inspiration, bien au contraire…

Pourquoi ce style de romans ?

  • Tout simplement pour que mes enfants et petits enfants connaissent mon histoire. Sans entrer dans les polémiques, dans la politique, sans chercher qui avait tort ou raison. (D’autres, et ils sont nombreux, se sont largement épanchés sur le sujet). Je l’ai voulu léger, volontairement, pour désamorcer les tensions qui perdurent encore.

Combien de temps pour écrire le mot fin à la dernière page ?

  •  Un an environ.

Combien de temps avez-vous mis pour trouver un éditeur ?

  • Trois ans. Mon livre n’étant pas « bancable » je ne les intéressais pas. Pas dans leur lignée éditoriale.

Quels sont vos coups de cœurs littéraires ?

  • Je lis tout. Je ne vais pas vous ressortir les classiques qui font très intello. Moi, mes coups de cœur, je les ai avant les 50 premières pages. Si ça m’accroche et m’emporte, c’est bon. J’aime trop ce que lire m’apporte pour me farcir des bouquins qui ne sont que masturbation intellectuelle. En gros, mes chouchous : Stephen King, Glenn Cooper, Karine Giebel, Douglas Kennedy, Pat Conroy, Harlan Coben. Parmi les auteurs français, David Foenkinos, Frank Thilliez, Maxime Chattam et j’en passe et des meilleurs. Je lis environ 15 livres par mois, c’est dire.

Quels sont vos projets ?

  • Ce roman, «  Vent d’espoirs » retrace de façon romanesque les premières années de mes aïeux en Algérie. En préparation, le second retracera mes dernières années là-bas.

Avez-vous un site internet ou un blog ?

Un rêve ?

  • Plein de projets. Voyager, écrire, aimer…

Un grand merci à Monique pour la sincérité de ses réponses. N’hésitez pas lorsque son roman sortira à le commander (connaissant déjà quelques extraits, il me tarde de le lire)sur le site de son éditeur : www.lestemps.fr

 

 

 

Vent d’Espoirs de Monique Massot-Escaravage

vent d espoirs

 

Sortie le 06 juin aux Editions AETH du premier roman de Monique Massot-Escaravage.

L’auteur m’ayant gentiment proposé de lire deux extraits, je ne manquerai pas le rendez-vous !

Paris 1848. La France est en proie au chaos. Les révolutions se succèdent les unes après les autres. La misère qui sévit dans le pays pousse un couple d’Alsaciens sur les chemins de l’exode. Une nouvelle colonie va les accueillir, livrant la perspective d’une vie meilleure. Malheureuse en ménage, battue, humiliée, la jeune Justine, enceinte, se voit offrir par un heureux concours de circonstances, la chance de recommencer sous de meilleurs auspices. En effet, Joseph, son mari, ivrogne notoire, vient de déclarer forfait… Sur le quai de Bercy, parmi les voyageurs, un ouvrier parisien, Clément, se porte à son secours alors qu’elle s’apprêtait, à embarquer seule à bord d’une péniche. Il s’engouffre avec fougue dans la brèche, usurpant par la force des choses le statut et l’état civil de l’absent. Contrairement à ce que l’administration leur avait laissé entendre, leur installation sur place ne se fera pas sans mal. La précarité, le climat, les maladies, n’auront de cesse d’éroder leur enthousiasme. Ici la vie ne tient qu’à un fil. Il leur faudra lutter avec la force du désespoir pour s’y faire une petite place au soleil. Sous couvert de bons sentiments, passion, amour, rougeoient les braises de poison, haine et vengeance qui jalonnent ce roman passionnant.

lestemps.fr

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén