Laurence Lopez Hodiesne

Un livre, une toile…

banniere blog laurence lopez hodiesne

Catégorie : Romans policiers historiques

La conjecture de Fermat

conjecture de fermat

 

Dans cette nouvelle aventure menée tambour battant, où il paraît n’y avoir que des traîtres et des faux-semblants, Louis Fronsac parviendra-t-il à sauver le congrès de Munster ?

Un roman qui nous tient en haleine à chaque seconde avec ses nombreux rebondissements.On tremble pour l’intrépide notaire Louis Fronsac, qui se retrouve dans des situations pour le moins périlleuses.

Une écriture toujours aussi riche et alerte, qui transporte le lecteur, bien loin dans le temps, en octobre 1643.

On s’y croirait ! Du grand Jean d’Aillon !

Les rapines du duc de Guise de Jean d’Aillon

rapines du duc de guiseLes rapines du duc de Guise est le tome I de la trilogie de Jean d’Aillon consacrée à la Ligue et aux guerres de religion. 1585 Après trente ans de guerre civile et le massacre de la Saint-Barthélemy, la France est plus divisée que jamais.

Trois Henri se disputent un trône à l’équilibre fragile. Henri III veut garder sa couronne, mais n’a pas d’héritier. Henri de Navarre, le protestant, tient à faire valoir ses droits, mais Henri de Guise, l’ultracatholique, refuse de laisser un hérétique régner sur la France. Sous la direction de Henri de Guise, la Ligue organise un vaste rapinage de l’impôt de la taille, afin de lever une armée catholique.

C’est en recherchant l’assassin de son père, contrôleur des tailles, qu’Olivier Hauteville va croiser la route des ligueurs. Il rencontre également Cassandre, une jeune protestante qui a bien des raisons de s’intéresser à cette enquête.

Jean d’Aillon, comme à son habitude mêle avec brio fiction et réalité pour nous livrer un roman truffé de petites anecdotes véridiques, qui pimentent à souhait le récit.

De complots en trahisons, en passant par une histoire d’amour impossible entre deux personnages fictifs, Olivier Hauteville et Cassandre de Mornay, l’auteur nous entraîne à travers une époque trouble, où le souvenir des massacres de la Saint-Barthélemy est toujours aussi présent dans les esprits.

D’entrée de jeu, on plonge dans une réalité pour le moins terrifiante.

Lire Jean d’Aillon, ce n’est pas seulement lire un roman historique à énigme, comme il le dit lui-même, non, c’est plutôt… s’immerger totalement dans une autre époque pour s‘interroger sur ces guerres de religion, qui ont amené de simples hommes à commettre des atrocités en leur nom. C’est aussi porter un autre regard sur des personnages tel que Nicolas Poulain, que l’on connaît sous un autre jour.

Bref, aventures, intrigues, romances, détails croustillants, sont les ingrédients de ce roman palpitant qui ne donne qu’une envie une fois le livre refermé : courir acheter le tome II.

L’Exécuteur de la haute justice de Jean d’Aillon

executeur de la haute justiceEn 1645, après la Conjuration des Importants, Louis Fronsac repart dans une aventure trépidante, aidé de son vaillant ami, Gaston de Tilly. Cette fois, il doit découvrir la vérité sur un jeune homme de quinze ans, qui serait le fils du duc de Rohan et pourrait devenir ainsi le chef de file des huguenots de France. Est-il un imposteur comme le prétendent certains…

Évidemment, l’enquête va se révéler extrêmement compliquée mais aussi fort dangereuse pour le jeune chevalier. Sur cette route semée d’embûches, Louis Fronsac croisera même un certain Jean-Baptiste Poquelin.

De rebondissements en rebondissements, l’auteur de ce roman, Jean d’Aillon, nous entraîne dans une course folle vers une fin totalement inattendue.

Avec toujours une abondance de détails concernant les lieux, les personnages ou bien les us et coutumes de l’époque, vous donnant ainsi l’impression que l’histoire se déroule sous vos yeux.

Alors, n’hésitez pas à suivre Louis Fronsac sur le chemin de ses aventures…

Marseille, 1198 Les aventures de Guilhem d’Ussel de Jean d’Aillon

marseille 1198 aventures guilhem usselMARSEILLE, 1198. Enlevé par des inconnus, Roncelin, vicomte de Marseille, a disparu. Sept compagnons partent à sa recherche. Parmi eux, Hugues de Fer, ancien croisé, le médecin Averroès, un frère et une sœur saltimbanques romains, et le meilleur archer d’Angleterre, Robert de Locksley. A leur tête, Guilhem d’Ussel, joueur de vielle et fine lame.

Mais, dans cette équipée, certains semblent être animés de tout autres desseins… Quelles sont les véritables raisons de leur venue à Marseille ? Quel est le rôle des consuls de la ville ? Pourquoi ces écorcheurs qui rôdent dans les campagnes ? La riche ville phocéenne attire bien des convoitises, à commencer par celle du pape Innocent III…

C’est une cavalcade effrénée à travers l’histoire, que nous propose Jean d’Aillon pour ce roman.

J’ai beaucoup aimé le rythme trépidant et les scènes d’actions, un peu comme dans un film. L’ajout de personnages pour le moins célèbres est un plus, qui lui donne un piquant non négligeable.

Un roman que j’avais du mal à poser ( allez encore un chapitre ! Mince, déjà une heure du matin !!!)

Heureusement que c’était les vacances…

Et toujours, avec des descriptions historiques subtilement dosées.

Bref, Guilhem d’Ussel n’a rien à envier à Louis Fronsac.

Alors, un conseil, laissez-vous tenter par les aventures de ce chevalier troubadour….

L’homme aux rubans noirs de Jean d’Aillon

 

 

homme aux rubans noirsAvec L’Homme aux rubans noirs, Jean d’Aillon nous entraîne au côté de son célèbre héros Louis Fronsac lors de cinq enquêtes sous la Régence d’Anne d’Autriche. D’un atelier d’alchimiste à la cour des miracles, des coulisses du théâtre du Marais au cœur secret du Pont-Neuf, le notaire Louis Fronsac percera d’étonnants mystères dans une ville qui gronde contre Mazarin.

Si vous aimez les ballades d’un autre temps, promenez-vous en compagnie de Louis Fronsac, le fameux Homme aux rubans noirs, ancien notaire, devenu chevalier et marquis de Vivonne, mais attention… vous n’êtes pas à l’abri de découvrir d’abominables secrets qui vous donneront froid dans le dos.

Vous serez immergés dans une ville de Paris, terrible et dangereuse, où l’insécurité règne en maître.

Vous partirez à la recherche d’une lettre volée, qui, si elle était rendue publique, mettrait la reine et le royaume de France en danger.

Vous irez à la rencontre de l’héritier de Nicolas Flamel, en usant de moyens interdits, pour découvrir d’ingénieux stratagèmes.

Vous tremblerez pour un nouveau-né perdu, l’enfançon de Saint-Landry, craignant à chaque page que l’enfant ne soit mort, dans le Paris d’une époque terrible, où il ne fait pas bon être un bébé abandonné. Et là, vous visiterez des endroits sordides où la misère dicte sa loi.

Puis, lorsque vous connaitrez le maléfice qui tourmentait M.d’Emery, vous vous demanderez jusqu’à quel point l’homme peut-il être crédule.

Mais alors que vous penserez avoir trouvé la réponse, voilà que vous serez amenés à connaître la Confrérie de l’Index. Et ses adeptes, pour le moins terrifiants.

Impossible enfin de ne pas admirer ce cher Louis Fronsac, sa perspicacité à dénouer les énigmes, aidé dans ses quêtes par son fidèle ami, le commissaire Gaston de Tilly et des deux reîtres à son service, Bauer et Gaufredi.

Jean d’Aillon, comme à son habitude, nous mène tambour battant, avec forces détails et anecdotes précises, à travers une époque particulièrement trouble, où les croyances, la misère ou la peur engendraient des situations effroyables.

Une promenade littéraire riche en rebondissements de toutes sortes.

Évidemment, à peine le livre refermé, la plume alerte de M. d’Aillon manque déjà, aussi ai-je déjà commencé l’un des trois romans achetés au salon du livre de Nice en juin dernier.

Une autre belle ballade en perspective…

Marius Granet de Jean d’Aillon

marius granetCe roman nous fait voyager à travers l’époque troublée de la Révolution.

Nous sommes à nouveau à Aix, où trois enfants dont Marius Granet, assistent par hasard à la découverte d’un secret fabuleux dans les ruines romaines. De terribles meurtres et disparitions s’ensuivront, dans un contexte politique particulièrement houleux.

Jean d’Aillon a l’art de nous décrire avec force détails, cette tourmente révolutionnaire, qui a fait basculer la ville d’Aix dans le chaos le plus total. On reste pétrifié devant toutes ces horreurs, perpétrés par des gens ayant perdu alors, toute notion d’humanité.

L’intrigue, bien ficelée, nous fait découvrir différents personnages attachants ou particulièrement odieux. Un ouvrage passionnant, qui ne vous laissera certainement pas indifférent !

Le Mystère de la Chambre bleue

mystere de la chambre bleueRien n’est plus agréable que de découvrir un écrivain, qui vous donne envie de lire tout ce qu’il a écrit.

Au festival du livre à Nice, en juin de cette année, Jean d’Aillon m’a paru très sympathique et comme je l’ai déjà dit dans un précédent article, j’ai donc acheté trois de ses romans : Le Mystère de la Chambre bleue, La Conjuration des Importants et La conjecture de Fermat.

Étant très en retard dans mes lectures, je viens juste de finir le premier qui m’a littéralement captivée. Quelle écriture attrayante et envoûtante !

Une fois le livre refermé, vous n’avez qu’une envie, connaître la suite des aventures de l’intrépide notaire, Louis Fronsac. Il est évident que je vais passer quelque temps, à découvrir cette époque mouvementée qu’est le dix-septième siècle, alors que d’habitude, je suis plutôt attirée par le dix-neuvième.

Mon seul regret, ne pas avoir découvert cet écrivain auparavant mais comme dit le proverbe, mieux vaut tard que jamais.

Grand moment de littérature en perspective…

L’énigme du clos Mazarin et L’enlèvement de Louis XIV par Jean d’Aillon.

enigme clos mazarinenlèvement Louis XVIPour ces deux romans, nous suivons Louis Fronsac, un enquêteur d’un autre temps, qui se rend en Provence, à Aix, pour y résoudre, à quelques années d’intervalles, deux troublants mystères.
J’ai bien aimé ce petit parfum du Sud même si, à cette époque, l’air sentait plus le crottin qu’autre chose.
En tout cas, il serait amusant de se rendre à Aix, muni de l’un des romans de Jean d’Aillon pour faire une visite guidée, tellement les détails sur l’architecture de cette ville sont riches et explicites.

« L’énigme du clos Mazarin » dont le rythme est particulièrement soutenu, ne nous laisse aucun répit. Cela se passe en 1646, des magistrats et truands de la plus belle espèce visent à renverser le premier ministre Mazarin. Louis Fronsac, devenu marquis de Vivonne, se voit confier l’affaire, et accompagné du dévoué Gaston de Tilly, procureur du roi à présent, ils tentent ensemble de résoudre l’affaire. Ce qui ne sera pas chose aisée, et l’on tremble à chaque instant pour l’intrépide Fronsac, qui échappera plus d’une fois à la mort, dans une ville d’Aix fort peu avenante à cette époque.

« L’enlèvement de Louis XIV  » se compose de deux nouvelles qui se laissent lire volontiers. L’une se passe en 1659, mettant en scène cette fois, différents habitants de la ville d’Aix dont Gaufredi, ancien fidèle de Louis Fronsac, dans une histoire de disparitions fort mystérieuses. La seconde nouvelle se passe un an plus tard et cette fois-ci nous retrouvons ce cher Fronsac qui va mettre tout en œuvre pour retrouver le jeune roi Louis XVI, disparu à Aix, de manière totalement inexplicable et cela dans un contexte politique difficile.

Jean d’Aillon comme à son habitude, réussit à nous faire aimer l’Histoire, à travers ses histoires et cela, pour notre plus grand plaisir !

Page 2 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén